Ce site Web utilise des témoins pour vous offrir une meilleure expérience de navigation. En savoir plus sur l’utilisation des témoins.

x
OK
USA Radio
Maine

L’île Monhegan

Retrouvez des artistes inspirés par une île magnifique où nulle voiture ne roule


À 16 km de la côte, l’île Monhegan est une représentation miniature du Maine s’étendant sur plus de 280 ha, offrant toute la grandeur de cette partie de la côte, appelée l’est profond (Down East, en anglais). Sur sa rive orientale, des falaises vertigineuses se jettent dans l’Atlantique rageur, tandis qu’à l’ouest, où se dresse le village, les randonneurs peuvent emprunter 27 km de sentiers boisés qui traversent l’île de long en large. Environ 60 personnes habitent sur l’île à l’année longue. Il n’y a pas de voiture ni de route pavée sur l’île et jusqu’en 1984, ses habitants étaient privés d’électricité. Vous y trouverez la paix et le calme, et des artistes, beaucoup d’artistes.

Découverte suite à la visite du gouverneur de Virginie, John Smith, en 1614, l’île Monhegan a commencé à attirer l’attention de la communauté artistique en 1858, année où le peintre Aaron Draper Shattuck s’y est rendu. Dans les années qui ont suivi, des artistes comme Edward Hopper, Robert Henri et Jamie Wyeth sont venus s’inspirer de la luminosité particulière de l’île et de ses paysages accidentés. Grâce à un mouvement de conservation mis de l’avant par Thomas Edison Jr. au début des années 1950, les deux tiers de Monhegan sont encore aujourd’hui virginaux, quoi que sauvages. Les visiteurs s’y rendent en traversier et débarquent dans un minuscule village côtier qui abrite pratiquement tout ce qu’il y a de civilisé sur l’île; ses galeries, sa flotte de langoustiers, ses marchés, ses restaurants et ses hôtels. Quelques minutes de marche séparent tous les bâtiments et toutes les attractions de l’île, dont quelques 20 studios d’artiste ouverts au public pendant la saison estivale.

Obtenez une carte des sentiers au village et prenez la route qui vous mène vers les forêts centrales. Dirigez-vous vers le nord-est, au-delà de l’étang glacé et vers Cathedral Woods, où des pins et des pruches vertigineux créent un site spirituel que Thoreau aurait adoré, avec ses allées tapissées de mousse, de fougères et de fleurs sauvages. De là, prenez la route vers le sud en longeant la côte jusqu’à Burnt Head, dont les falaises de 48 m sont parmi les plus hautes du Maine et où des hordes d’oiseaux marins viennent passer l’été. Aux points les plus bas de la ligne côtière, vous pouvez admirer, spécialement à marée basse, les nombreux phoques communs qui jouent sur les rochers. Rebroussez chemin vers la ville en passant par le phare de l’île Monhegan qui éclaire les marins depuis 1824. Adjacent au phare, le bungalow du gardien abrite aujourd’hui le Musée historique et culturel de Monhegan, qui propose des expositions sur tous les aspects de la vie sur l’île et des œuvres de Rockwell Kent, Hopper et d’autres peintres inspirées par les lieux.

De retour au village, l’Island Inn, établissement du tournant du siècle, domine le panorama du haut d’une falaise, littéralement à quelques battements d’ailes du port. Construit entre 1816 et 1910, il s’agit de l’hôtel le plus grand et le plus confortable de Monhegan, comptant 34 chambres décorées au goût typique du Maine avec des meubles antiques, des planchers en bois peint et des literies douillettes. Puisque vous ne serez pas distrait par la télévision ou le téléphone, détendez-vous à l’abri du porche pour un réel divertissement de fin de soirée. Admirez effectivement le coucher du soleil sur l’eau avec, en arrière-plan, la côte du Maine. Vous savez maintenant pourquoi tous ces artistes sont venus sur l’île et y sont restés.

Cette idée de voyage est disponible dans :

1,000 Places to See in the United States & Canada Before You Die©

Pour des renseignements complets sur les endroits dont il est question ici, ainsi que pour plusieurs autres suggestions de voyages aux É.-U., consulter le livre sensation de Patricia Schultz.

Lancer l’exploration

Lancer l’exploration

Lancer l’exploration