USA Radio
Washburn, Dakota du Nord

Fort Mandan et la piste de Lewis et de Clark

Suivez les traces des grands explorateurs Américains


À la mi-octobre 1804, Meriwether Lewis et William Clark franchirent le territoire du Dakota du Nord qui constituait la première étape de leur grande expédition ordonnée par Thomas Jefferson dans le but de trouver « la voie de communication fluviale la plus directe et la plus pratique pour traverser le continent ». En voyageant jusqu’à la rivière Missouri, ils arrivèrent aux villages indiens Mandan de Mitutanka et Nuptadi, qui étaient les principaux centres commerciaux pour les nombreuses tribus d’aborigènes et les commerçants européens. Ils passèrent l’hiver ici et construisirent des cabanes et une palissade qu’ils nommèrent Fort Mandan, en l’honneur de leurs hôtes qui les avaient approvisionnés en nourriture en échange de biens.

Parmi les Indiens qu’ils ont rencontrés, il y avait Sakakawea, une femme Shoshone que l’on pensait être née dans les montagnes Rocheuses puis s’être faite enlever en 1800 par les Indiens Hidatsa. Plus tard, elle épousa Toussaint Charbonneau, un commerçant de fourrures canadien-français. Comme elle parlait shoshone et hidatsa, et que Charbonneau parlait hidatsa et français, Lewis et Clark les engagèrent comme interprètes. Le 7 avril 1805, le groupe repartit à l’ouest, Sakakawea portant son bébé, Pomp, sur son dos. Il s’est avéré que sa présence était précieuse pour l’expédition, non seulement comme interprète mais aussi pour son influence pacificatrice sur les Indiens qui n’avaient jamais vu d’homme blanc auparavant. Dans la culture autochtone, un parti de guerre ne voyageait jamais avec une femme, et surtout pas avec un bébé.

Le Fort Mandan d’origine a été détruit par un incendie et les restes ont été perdus mais une réplique grandeur nature a été construite en 1972 au milieu des peupliers deltoïdes, sur la rive, près de l’emplacement original du fort. En 1997, des panneaux d’interprétation ont été ajoutés, et aujourd’hui, il est ouvert toute l’année au public, son mobilier et l’ameublement bruts étant semblables à ceux des membres de l’expédition lorsqu’ils résident dans leur propriété d’hiver.

À Washburn, le Lewis and Clark Interpretive Center (centre d’interprétation Lewis and Clark) comprend un compte rendu historique complet de l’expédition avec des objets amérindiens, dont une pirogue de 9 m taillée à la main, une robe de bison que vous pouvez essayer et une réplique de la planche porte-bébé dans laquelle Sakakawea transportait son fils. La galerie Bergquist montre les œuvres de l’aquarelliste suisse Bodmer Karl, qui de 1832 à 1834 a voyagé dans l’Ouest américain. Les peintures de Bodmer sont considérées comme faisant partie des plus importants renseignements visuels sur les tribus des plaines nord-américaines au début du 19e siècle, avant que les effets de l’expansionnisme américain et les maladies importées ne commencent à se faire sentir.

À quelques kilomètres en amont, le site historique national de Knife River Indian Villages préserve les ruines de quelques villages indiens, dont la maison de Sakakawea. Ce site contient les restes de villages remontant à des milliers d’années, ainsi que la reconstruction d’une maison en terre de la tribu Hidatsa, un musée, un centre d’accueil, ainsi que 18 km de sentiers.

Cette idée de voyage est disponible dans :

1,000 Places to See in the United States & Canada Before You Die©

Pour des renseignements complets sur les endroits dont il est question ici, ainsi que pour plusieurs autres suggestions de voyages aux É.-U., consulter le livre sensation de Patricia Schultz.

Lancer l’exploration

Lancer l’exploration

Lancer l’exploration