USA Radio
Virginie-Occidentale

La descente des rivières New et Gauley

Mesurez-vous aux rapides du Grand Canyon de l’Est


Au 19e siècle, la région de la gorge de la rivière New au centre-sud de la Virginie-Occidentale produisait plus de charbon que nulle part ailleurs. Ses terres étaient donc criblées de puits de mine pratiqués dans les veines apparemment illimitées. De nos jours, le rôle que joue l’exploitation minière dans l’économie de l’État a considérablement diminué et les rivières New et Gauley sont devenues deux des premières destinations de rafting du pays, pour ne pas dire du monde.

La rivière New, que certains géologues considèrent comme la deuxième plus vieille rivière au monde après le Nil, promet des sensations fortes aux amateurs de rafting. Ses 84 km de paysages pittoresques serpentent entre des pentes boisées de 304 m de haut et passent devant des villes minières abandonnées. Le tronçon supérieur de 24 m propose des rapides faciles à moyens qui exigent peu de techniques de manœuvre. C’est donc un coin populaire auprès des familles et débutants. (La possibilité de faire de la randonnée, du vélo tout terrain, de la pêche et de l’escalade ne rend ce lieu que plus attrayant). À l’opposé, la partie basse de la rivière perd 76 m d’altitude en 25 km. De grosses vagues traversent plus de 2 douzaines de rapides qui vont des catégories II à VI. C’est ce tronçon que certaines personnes surnomment le « Grand Canyon de l’Est » en raison de ses hautes parois rocheuses et de l’énorme quantité d’eau qui y coule, en particulier au printemps. Vers la fin du trajet, les rafteurs peuvent apercevoir l’énorme pont de la gorge de la rivière New, qui offre un paysage totalement déjanté lorsque des centaines de passionnés sautent en parachute pour célébrer le Jour du pont (Bridge Day).

Au nord de la New, à proximité de Summersville, la rivière Gauley constitue l’un des parcours les plus difficiles du pays. Dans les années 1960, les ingénieurs du corps d’armée des États-Unis ont construit un barrage en terre et en pierres de 40 étages et de 694 m de large en amont de la rivière, créant ainsi le lac Summersville. L’été, le lac est préservé à son niveau le plus haut, soit à 503 m au-dessus du niveau de la mer, pour donner aux plaisanciers, pêcheurs, skieurs nautiques et plongeurs l’occasion d’en profiter au maximum. En septembre et au début du mois d’octobre, des millions de litres d’eau douce excédentaire sont relâchés et la rivière Gauley se transforme en monstre rugissant où s’écoulent plus de 60 rapides abruptes de classes IV et V, dont les surnoms ne sont pas usurpés : « Que le Ciel vous vienne en aide » et « Hurlements infernaux de pure terreur ». La section la plus difficile de la rivière Gauley est en amont, où elle serpente à travers un canyon étroit et suit une dénivellation de 168 m/km. En aval de la rivière Gauley, des rapides difficiles sont suivis par des bassins paisibles, où vous pouvez reprendre votre souffle et admirer la beauté des terres sauvages et boisées des Appalaches.

Cette idée de voyage est disponible dans :

1,000 Places to See in the United States & Canada Before You Die©

Pour des renseignements complets sur les endroits dont il est question ici, ainsi que pour plusieurs autres suggestions de voyages aux É.-U., consulter le livre sensation de Patricia Schultz.

Lancer l’exploration

Lancer l’exploration

Lancer l’exploration