Skip to main content
Lady Lark et ses amis boivent un verre dans une brasserie de Minneapolis, Minnesota
1 sur 1
  • États :
    Minnesota

Scène traditionnelle au Betty Danger’s Country Club : deux personnes assises dans une nacelle s’élèvent lentement vers les nuages.

Vous attendez tous deux patiemment, admirant le panorama qui change à quelques minutes d’intervalle. Quand, enfin, votre tour est venu d’être au sommet. Là-haut, le monde semble immobile. Là-haut, vous tutoyez les plus grands gratte-ciel de la ville. Là-haut, vous pouvez manger des tacos.

La scène se déroule au Betty Danger’s, un bar-restaurant de Minneapolis, Minnesota qui se définit lui-même comme un country club populaire. Sa mission ? Protéger la classe créative. (Tout en buvant des margaritas.)

Entre ses restaurants et ses brasseries, ses salles de concert et ses galeries, ses lacs et ses sentiers en pleine nature, Minneapolis déborde d’une énergie créatrice empreinte d’humilité. Comme l’explique Lady Lark, une musicienne soul-pop originaire des Twin Cities, « aussi inattendue que soit cette énergie dans une petite ville comme Minneapolis, sa vitalité est pourtant indéniable ».

Le Minneapolis Sound

À l’arrivée des colons européens au XIXe siècle, les influences musicales celtiques, scandinaves et germaniques ont fusionné pour donner naissance aux prémisses du folk, du gospel et du jazz. Berceau de Prince et de Bob Dylan, Minneapolis possède également l’unique orchestre de chambre permanent de tout le pays.

Si Bob Dylan a connu la gloire grâce à ses chansons folks épurées, Prince a, quant à lui, été à l’avant-garde d’une nouvelle ère musicale à la fin des années 70. Son style a évolué jusqu’à devenir ce que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de Minneapolis Sound. À l’instar de la ville éponyme (et de son créateur), ce genre est funky, unique et difficile à résumer en quelques mots. Lady Lark le décrit comme « ce rythme pop des années 80 et 90 : un synthé très présent, avec des notes de funk et de soul. C’est une musique sexy. »

Lady Lark parcourt les rayons de l’Electric Fetus

Lady Lark parcourt les rayons de l’Electric Fetus
En savoir plus

Le Capri Theater

À Minneapolis, chaque quartier avait son théâtre communautaire : un endroit modeste accueillant réunions publiques, mariages, concerts et expositions artistiques.

En 1979, le Capri faisait principalement office de cinéma. Pourtant, comme nous l’avons appris à Minneapolis, les lieux les plus simples peuvent inspirer une créativité débordante. Entre les projections de la semaine et les séances dominicales, l’écran était relevé pour laisser place à un espace dédié à des compétitions musicales, à des démonstrations culinaires et à des groupes de discussion.

Cette année-là, le Capri a organisé un événement au profit de son propriétaire. Pour 4,25 $, les spectateurs allaient, sans même le savoir, voir s’écrire une page importante de l’histoire de la musique. « C’est là que Prince s’est produit avant de devenir le grand Prince, nous explique Lady Lark. Il déployait son extraordinaire talent de guitariste sur cette scène. Il se jetait vraisemblablement à genoux avant de faire le grand écart. Je l’imagine comme si j’y étais. »

Aujourd’hui, le Capri est le dernier théâtre communautaire encore en activité de North Minneapolis. Les propriétaires espèrent faire renaître la tradition en développant leur programmation musicale, artistique et théâtrale. Créateur d’opportunités pour les artistes des générations futures, le Capri inscrit son nom dans l’histoire du Minneapolis Sound tout en lui promettant un bel avenir.

Lady Lark au Capri Theater

Lady Lark au Capri Theater
En savoir plus
Plus d'informations

Electric Fetus

Minneapolis est la première à soutenir ses talents locaux. La station de radio The Current, appartenant au diffuseur public Minnesota Public Radio (MPR), dédie ses ondes aux artistes de la région. Cependant, si vous cherchez des souvenirs à ramener chez vous, rendez-vous à l’Electric Fetus, un disquaire consacrant des rayons entiers aux artistes du coin.

L’Electric Fetus est une institution de Minneapolis depuis des décennies. L’odeur d’encens fraîchement brûlé vous accompagne pendant que vous déambulez sur le plancher de guingois datant, comme le magasin, de 1968. Vous pourriez bien vous surprendre à rester un peu plus longtemps que prévu pour profiter de la musique qui y est diffusée.

Bien sûr, il ne saurait s’agir d’un établissement incontournable de Minneapolis sans concerts. Lady Lark nous livre quelques détails : « Je pense que c’est en partie ce qui m’a attirée à l’Electric Fetus pendant ma jeunesse. Le simple fait de savoir que ces musiciens, de Minneapolis et d’ailleurs, venaient spécifiquement ici lorsqu’ils étaient de passage en ville, que ce soit pour fureter parmi les rayons, profiter du lieu ou se produire en concert. »

Façade du disquaire Electric Fetus

Façade du disquaire Electric Fetus
En savoir plus
Plus d'informations

La terre aux 10 000 lacs

Bien que Minneapolis ne manque pas de salles de concert classiques, la ville organise aussi des spectacles dans de nombreux parcs et espaces en plein air. Surnommé la « terre aux 10 000 lacs », le Minnesota compte près de 12 000 étendues d’eau et davantage de côtes que la Californie, la Floride et Hawaï cumulés. (Et personne ne s’en doute, car ses habitants sont bien trop modestes pour s’en vanter.)

À Minneapolis, les étés sont chauds et l’air est pur ; ses parcs verdoyants constituent un cadre idéal pour s’installer et écouter de la musique. « Lorsque l’on assiste à un concert live au Lake Harriet Park, on ne peut que se sentir tout petit », affirme Lady Lark au sujet de ce parc de 135 hectares. « Écouter de la musique, entouré par la nature… C’est absolument parfait. » (Et pour ceux qui s’inquiéteraient des températures hivernales, le Minnesota dispose de 14 kilomètres de promenades couvertes reliant les passerelles aériennes du centre-ville. Vous n’avez pas à vous soucier de la météo.)

Minneapolis est à l’origine de quelques-uns des plus grands morceaux au monde, sans jamais se départir de son humilité. « Les gens d’ici sont d’une grande simplicité. » Après un moment de réflexion, Lady Lark ajoute : « Nous n’avons pas besoin de nous vanter. Si cet endroit était assez bien pour Prince, il est sans aucun doute assez bien pour moi. »

À la découverte de l’un des parcs luxuriants de la ville, en bord de lac

À la découverte de l’un des parcs luxuriants de la ville, en bord de lac
En savoir plus
Plus d'informations
Explorer plus
Le Stone Arch Bridge au-dessus du fleuve Mississippi, l’un des points d’entrée de la ville

Destination

Minneapolis

Kayak et pêche à Hyland Lake Park Reserve

Destination

Bloomington